Interviews 2007
Forum KILLERS
Bienvenue chez vous
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Facebook KILLERS  Connexion  
La partie du forum dédiée à KILLERS est désormais accessible en sa totalité aux non enregistrés (Tout le monde peut lire et poster)
Rejoignez les 643 membres enregistrés et postez pour ajouter votre message aux 21877 autres

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 

 Interviews 2007

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Bruno
 
avatar

Age : 55
Localisation : Pays Basque

MessageSujet: Interviews 2007   Jeu 3 Mai 2007 - 22:33

Interview 2007 sur Metal impact :  ICI

KILLERS (FRA) - Bruno Dolhéguy (Avril-2007)


Entretien avec Bruno guitariste chanteur de KILLERS qui sort prochainement son nouvel album « A L’ombre Des Vautours ».

Line-up : Bruno Dolhéguy (chant, guitare), Patrick Oliver (basse), Thierry Andrieu (guitare, choeurs), Florent Pouey (batterie)

Discographie : Fils de la Haine (1985), Danger de Vie (1986), Mise aux Poings (1987), Résistances (1989), Cités Interdites (1992), Contre-Courant (1995), Ennesmis En Public (1996), Fort Intérieur (1998), 109 (1999), Mauvaises Graines (2000), Killing Games (2001), Mise aux Poings (2001), Habemus Metal (2002), A L'Ombre Des Vautours (2007)

M-I Interviews du groupe : KILLERS (FRA) - Bruno Dolhéguy (Sept-2002), KILLERS (FRA) - Bruno Dolhéguy (Avril-2007)


Metal-Impact. Merci à toi de m’accorder un peu de ton temps. Dis donc, 5 ans entre « Habemus Metal » et « A L’ombre Des Vautours ». KILLERS serait-il atteint du syndrome GUNS N ROSES ?

Bruno Dolhéguy. « Habemus Metal » est sorti il y a un tout petit peu plus de 4 ans.
Durant cette période, nous avons toujours continué de jouer et cela s'est accompagné de la sortie d'un cd live et du premier dvd de KILLERS.
Nous nous sommes également investis sur notre secteur en mettant en place une structure d'organisation de concerts qui fera qu'en mai 2007, nous aurons organisé 22 concerts à Bidache qui auront vu 103 prestations et 67 groupes différents s'y produire au moins une fois. Je ne pense pas que ce type d'activité puisse se rattacher à ce type de syndrome. Et cela d'autant plus que nous bossons tous en dehors de nos activités musicales.
Il faut également remarquer que « Habemus Metal » présentait une quarantaine de minutes de musique alors que le nouvel album en contient quasiment soixante dix.

MI. Tiens justement, j’allais aborder le sujet. L’album comporte 22 titres. Pourquoi une telle "surenchère" ?

Bruno. Il ne s'agissait pas d'en mettre pour en mettre. J'ai essayé de veiller au mieux à ce qu'il n'y ait pas de répétitions inutiles ou de longueurs et, à partir du moment où cela était, il n'y avait pas de raison pour que l'on ne propose pas le tout.
D'un autre côté, le délai d'attente entre les deux sorties est compensé par cette durée accrue.

MI. Tu m’avais dit lors d’un entretien suivant la sortie du live, que KILLERS voulait laisser quelque peu de coté les parties de doubles pédales. Or si certes vous avez privilégié les mid tempos sur l’album, on en trouve encore...

Bruno. Je t'avais dit que, du fait de l'augmentation des vitesses d'exécution de certains morceaux, nous avions été amenés à les passer en simple. Par contre, il n'a jamais été question d'abandonner totalement les jeux de batterie en double grosse caisse. Je pense plutôt t'avoir dit qu'il y aurait toujours des morceaux rapides mais pas forcément joués en double. Cela ne veut pas dire qu'on n'en trouvera plus, juste qu'ils seront écartés des parties trop rapides lors desquelles ils demandent une dépense d'énergie trop importante au regard de l'efficacité du rendu effectif constaté.

MI. Pour la composition des morceaux, vous avez été influencés par des groupes en particulier et quels sont vos albums récents favoris ?

Bruno. Pour ce qui me concerne, ça ne change pas : je n'ai que très peu le loisir d'écouter autre chose que KILLERS.
Ce n'est absolument pas de la prétention, c'est juste que je consacre tout mon temps musical au groupe donc, forcément, ça isole un peu.

MI. Parle-nous, s’il te plait, de sa conception, réalisation, enregistrement, mixage, etc.

Bruno. Nous n'avons pas changé de manière de procéder.
Depuis plus de 13 ans, nous faisons tout à domicile de A à Z.
Tous les enregistrements qui ne me concernent pas sont effectués le samedi après-midi, lorsque nous avons une période un peu plus calme au niveau des concerts, et je m'occupe du reste durant la semaine.
Nous continuerons à procéder de la sorte à l'avenir mais je compte bien arriver à faire en sorte que les sorties discographiques soient plus rapprochées même si pour y parvenir nous sommes amenés à faire certains choix un peu plus tranchés.

MI. Un petit mot sur la jaquette. Elle est comment dire, plus basique, plus ciblé typiquement Heavy Metal trouve-je que celles de vos albums précédents. Es-tu d’accord avec mon appréciation ?

Bruno. Tout à fait et c'est effectivement totalement le but recherché. Xavier LORENTE a été contacté en septembre 2006 et, comme il n'avait pas de création originale à nous proposer, on a travaillé sur différentes pistes qui ne se sont pas avérées concluantes. Nous voulions, par exemple, revenir à un visuel plus basique, justement plus ciblé Metal mais cette piste n'a pu aboutir.
On s'est donc retrouvé en début d'année et voyant que nous prenions du retard à ce niveau, je m'y suis collé et j'ai consacré un après-midi pour réaliser ce visuel. On avait proposé à Xavier d'avancer sur le reste du livret mais, comme cela n'avait pas démarré, j'ai continué dans la foulée.

MI. J’ai lu avec attention vos paroles (présentes dans le livret du CD). Déjà une remarque : Pas de morceaux en Basque ce coup-ci.

Bruno. Effectivement, il n'y en a pas. A un moment, j'ai été tenté de présenter un des nouveaux morceaux en basque mais comme je n'ai pu avoir l'opportunité de rencontrer la personne à laquelle je pensais pour s'occuper des paroles, je m'y suis collé et ça a donné « La ronde des couillons ».

MI. Effectivement la ronde des couillons, c’est pas terrible, hi hi hi ! Pour rester sur les paroles… Prenons par exemple « No future ». Qu’est ce que tu as contre les lycéens ? Tu t’y montres assez virulent.

Bruno. « No future » évoque les sentiments d'un lycéen en pleine révolte. C'est lui, de l'intérieur, qui porte ce regard et qui fait ce constat. Il y a eu, il y a et il y aura toujours une partie de la jeunesse, plus ou moins importante en nombre, qui regardera autour d'elle en se disant qu'on est en train de leur bâtir un mur pour les diriger vers une issue qui ne prend absolument pas en compte leurs doutes, leurs interrogations et leurs sensibilités.
Si tant est qu'on puisse entrevoir une quelconque issue. Pour certains, ça se termine par un suicide. Dans ce cas là, c'est un « No future » plutôt festif qui l'amène à faire la bringue et à s'éclater en musique en gueulant ce constat qu'on lui impose, de jour en jour, de plus en plus fortement. J'ai bien sûr pas mal ressenti ce sentiment lorsque j'étais au lycée et il est loin de m'avoir totalement quitté, tu as sûrement dû le remarquer.

MI. Et www.MISERE ? Qui vises-tu ? Les mecs qui s’inventent des vies sur MSN ou autres sites de chat ?

Bruno. J'ai beaucoup de mal avec ce que certains excusent en évoquant la fameuse « double personnalité internet ». Je ne suis absolument pas contre les jeux de rôles librement consentis mais je ne peux pas supporter les gens qui se croient les rois du monde derrière leur clavier et qui, le plus souvent, déversent leur fiel, leurs délires, leurs frustrations ou leurs fantasmes masqués sous le couvert d'un anonymat ou d'un éloignement relativement sécurisant. Je trouve ça misérable et ils me font plus pitié qu'autre chose.
Outre le fait d'être dangereux pour eux et pour ceux qui les croient, ils sont susceptibles de franchir le pas un jour ou l'autre dans la vie non virtuelle et ça, ça me fout en rogne. Bon, après, il est certain qu'il n'y a pas que ça sur internet, et heureusement, mais ça existe quand même beaucoup. Il y a aussi beaucoup de comportements particulièrement risibles mais ça c'est une autre histoire. Après, je précise que je n'ai absolument rien contre internet qui est un outil de communication formidable que j'utilise d'ailleurs énormément quotidiennement. C'est sûrement d'ailleurs pour ça que je peux me permettre d'en parler ainsi.

MI. KILLERS va-t-il promouvoir cette album sur scène ? Des dates sont-elle déjà prévues ?

Bruno. A part des dates en Pays Basque, rien n'est prévu pour le moment. Je pense que ça évoluera peut-être avec la sortie de l'album. En tout cas, pas avant la rentrée, à mon avis.

MI. Ah bon... Il y a quelques années, vous jouiez souvent et partout. Comment expliques-tu ça ?

Bruno. A voir le nombre de groupes qui se propose pour venir jouer sur nos organisations de Bidache Metal et à les entendre, il semble que ce soit le grand calme au niveau des organisations de concerts sur l'hexagone. Il paraît que c'est dû à une fréquentation insuffisante. Je peux comprendre que des organisateurs jettent l'éponge s'ils se crèvent le cul à organiser des soirées sans que leurs efforts soient récompensés par une affluence minimale leur permettant de couvrir au moins leurs frais.
Peut-être que davantage de groupes devraient se mouiller pour essayer de palier à cette carence, un peu comme nous le faisons sur notre secteur. Il y en a quelques uns qui le font mais il y en a quand même beaucoup qui restent un peu trop passifs en étant juste demandeurs. Les choses ne se sont jamais faites toutes seules, il a toujours fallu les provoquer. Ce n'est surtout pas actuellement que tout cela va évoluer sans mettre un minimum les doigts dans le cambouis.

MI. Vos vieux compagnons de route à savoir ADX, sont de retour. Des concerts en commun sont-ils prévus ? Ça peut justement être un moyen de booster quelques affluences, non ?

Bruno. Pour l'heure, aucun concert commun n'est prévu. Ce pourrait être effectivement une affiche alléchante.

MI. As-tu une idée de la future Set-List ? Quelle part aura « A L’ombre Des Vautours » ?

Bruno. Aucune idée pour le moment.
Les tout prochains concerts que nous avons nous verrons jouer de 45 minutes à une heure, nous ne pourrons donc pas en jouer beaucoup sachant que nous en jouons déjà trois. Ce n'est pas trop embêtant car il faut d'abord que l'album sorte en distribution et puisse avoir un peu de temps pour s'installer. Nous verrons tout ça sûrement pour la rentrée.

MI. Eh bien Bruno, c’est sur ces mots que nous allons conclure… cet entretien ! Je te remercie de t’être livré à ce petit exercice d’expression et souhaite à KILLERS ainsi qu’au nouvel album, un franc succès. A bientôt !

Bruno. C'est moi qui te remercie pour tes encouragements et la persistance de ton soutien. En espérant pouvoir les mériter encore longtemps, je te remercie au nom du groupe et de tous ceux qui nous font l'honneur d'accompagner notre route.
Revenir en haut Aller en bas
http://killers.fr
sebnet



Age : 41
Localisation : Orléans

MessageSujet: Re: Interviews 2007   Jeu 3 Mai 2007 - 23:50

excellent. Y a t-il aussi des interviews dans les mags métal de ce mois çi genre Rock hard etc........?
Revenir en haut Aller en bas
Yann

avatar

Age : 48
Localisation : VIERZON (18)

MessageSujet: Re: Interviews 2007   Ven 4 Mai 2007 - 0:00

Oups, j'm'a suis fait griller par Sebnet... J'allais poser la même question!!!

Mais en même temps, j'me dis qu'on est quasi aussi bien ici sur le forum parce que l'on a plus d'infos et plus rapidement Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
sebnet



Age : 41
Localisation : Orléans

MessageSujet: Re: Interviews 2007   Ven 4 Mai 2007 - 0:03

c'est moi le preums lol!
Revenir en haut Aller en bas
Bruno
 
avatar

Age : 55
Localisation : Pays Basque

MessageSujet: Re: Interviews 2007   Ven 4 Mai 2007 - 0:26

sebnet a écrit:
Y a t-il aussi des interviews dans les mags métal de ce mois çi genre Rock hard etc........?

Actuellement, au niveau interview : non.

Niveau Chronique(s) éventuelle(s), compte-tenu des délais, je pense que, s'ils ont prévu d'en faire, ça ne se fera pas sur le prochain numéro mais sur le suivant.

Ce qui est logique de notre part puisque je vous rappelle que l'album n'est pas encore officiellement sorti dans le réseau de distribution "classique" (date fixée à la mi-mai)
Revenir en haut Aller en bas
http://killers.fr
Elsass chris

avatar

Age : 42
Localisation : Colmar Elsass

MessageSujet: Re: Interviews 2007   Ven 4 Mai 2007 - 9:07

Sympa !
J'aime bien les petits recadrages lors des premières questions !
++
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/lacrypterdl
Hardos1984

avatar

Age : 47
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: Interviews 2007   Ven 4 Mai 2007 - 9:11

Interview tres interressant !
Revenir en haut Aller en bas
Bruno
 
avatar

Age : 55
Localisation : Pays Basque

MessageSujet: Re: Interviews 2007   Ven 4 Mai 2007 - 16:26

Il y aura une chronique, un titre sur le sampler et une interview sur Rock Hard.

Ce ne sera surement pas sur le prochain qui sortira (mai) mais sur le suivant.
Revenir en haut Aller en bas
http://killers.fr
marco

avatar

Age : 46
Localisation : region centre

MessageSujet: Re: Interviews 2007   Ven 4 Mai 2007 - 16:34

si killers passe dans les canards,peut etre qu'ils seront demandés a jouer un peu partout dans le pays,vu la qualité de l'album (j'en repasse une couche Twisted Evil ),ce ne serait que mérité
Revenir en haut Aller en bas
houyoux herve

avatar

Age : 50
Localisation : waziers city (59)

MessageSujet: Re: Interviews 2007   Ven 4 Mai 2007 - 17:01

il serait temps de soutenir killers en france que ce soit les magazines et les organisateurs merde ca fait quand méme 24 ans que killers se bat et galére mais si c est pour cette année,alors tant mieux !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/232790974
postman

avatar

Localisation : en haut au milieu

MessageSujet: Re: Interviews 2007   Ven 4 Mai 2007 - 21:38

Citation :
Il y aura une chronique, un titre sur le sampler et une interview sur Rock Hard.

ah ben c est une bonne nouvelle !!!!!!!
ils ont pas fait les choses a moitié
c est cool
Revenir en haut Aller en bas
http://www.holy-wood-graffiti.com
Le Croque Mort

avatar

Age : 42
Localisation : Oise (60) / Aisne (02)

MessageSujet: Re: Interviews 2007   Ven 4 Mai 2007 - 22:38

Enfin un traitement digne de l'importance de Killers au niveau national.
Revenir en haut Aller en bas
http://myspace.com/finalbreath60
Bruno
 
avatar

Age : 55
Localisation : Pays Basque

MessageSujet: Re: Interviews 2007   Ven 4 Mai 2007 - 23:29

postman a écrit:
ils ont pas fait les choses a moitié c est cool

C'est ce qu'ils avaient fait pour "Habemus Metal".
Il n'y a d'ailleurs eu que Rock Hard dans ce cas...

Elsass chris a écrit:
J'aime bien les petits recadrages lors des premières questions ! ++

Ben ... c'était un peu nécessaire quand même, non ? Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://killers.fr
deadhunter

avatar

Localisation : Derriere mon écran, en Moselle

MessageSujet: Re: Interviews 2007   Ven 11 Mai 2007 - 0:06

C'est vrai que Rock hard avait sorti un extrait sur son sample pour habemus metal. C'est d'ailleurs ce qui m'avait sorti de ma léthargie metallique française.
Revenir en haut Aller en bas
Bruno
 
avatar

Age : 55
Localisation : Pays Basque

MessageSujet: Re: Interviews 2007   Mer 23 Mai 2007 - 21:39

J'ai fait l'interview de Rock Hard avec Philippe Lageat par téléphone hier.

On a quand même discuté pendant plus d'une heure et demi.

Vu la durée, je ne sais absolument pas ce que ça donnera au niveau de la synthèse (bon courage à lui) mais bon, c'était plutôt cool Cool

Ils bouclaient le numéro aujourd'hui.

Il y aura donc bien sur le prochain numéro de Rock Hard une interview, la chronique de "A l'ombre des vautours" et un titre sur le sampler (ils ont choisi de faire figurer "La ronde des couillons")
Revenir en haut Aller en bas
http://killers.fr
Yann

avatar

Age : 48
Localisation : VIERZON (18)

MessageSujet: Re: Interviews 2007   Mer 23 Mai 2007 - 23:00

Merci pour l'info Bruno... Je vais suivre avec interêt la sortie de ce mag'...

L'interview s'est fait par téléphone!!! Il a eu peur de descendre dans le Pays Basque vous voir à cause des vautours
Revenir en haut Aller en bas
Hardos1984

avatar

Age : 47
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: Interviews 2007   Jeu 24 Mai 2007 - 16:45

J'acheterais donc ce numero exeptionellement Smile
Revenir en haut Aller en bas
Sitting

avatar

Age : 32
Localisation : Troyes (10)

MessageSujet: Re: Interviews 2007   Jeu 24 Mai 2007 - 18:28

Merci pour l'info ! Je vais surement acheter ce numéro Wink
Revenir en haut Aller en bas
marco

avatar

Age : 46
Localisation : region centre

MessageSujet: Re: Interviews 2007   Jeu 24 Mai 2007 - 19:07

pareil lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Bruno
 
avatar

Age : 55
Localisation : Pays Basque

MessageSujet: Re: Interviews 2007   Sam 23 Juin 2007 - 14:08

Retrouvez une interview sur Hard Rock 80

Merci à Volumenbrutal cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://killers.fr
Bruno
 
avatar

Age : 55
Localisation : Pays Basque

MessageSujet: Re: Interviews 2007   Mar 3 Juil 2007 - 15:32

Nouvelle interview sur Metal Sickness

Killers
Propos tenus par Bruno Dolheguy (Guitare, Chant)
Interview réalisée par mail
Date : 03/07/2007
Chroniqueur : Mr Zède

Depuis 1984, les basques de Killers écument inlassablement la scène métal française (et internationale) en ponctuant leurs apparitions de terribles méfaits vinyliques qui nous font saigner les oreilles. Après un "Habemus Metal" rageur en 2002, le groupe a laissé planer le doute sur un prochain efforts en studio tant les projets de Killers étaient pléthores. Nous voilà rassuré de voir "A L'Ombre Des Vautours" sur le label Brennus Music s'échouer dans les bacs et Bruno Dolheguy est avec ici avec nous pour faire le point sur Killers...
Texte

Salut ! Originalité oblige, est ce que tu peux présenter le line up et l'album "A L'Ombre Des Vautours" pour ceux qui ne connaissent pas encore Killers (ils sont peu nombreux) ?

Il y a Florent POUEY (batterie), Patrick OLIVER (basse), Thierry ANDRIEU (guitare) et Bruno DOLHEGUY (guitare et chant).
" A l'ombre des vautours " est la quinzième sortie discographique de KILLERS.
Ce nouvel album est composé de morceaux inédits répartis sur 22 plages pour une durée totale supérieure à 69 minutes. Il sort chez BRENNUS MUSIC en distribution SOCADISC. Il est également disponible directement auprès de nous, tous les renseignements sont disponibles sur notre site (http://killers.neuf.fr)
KILLERS existe depuis 1984. On est basé géographiquement sur le Pays Basque dans le secteur de Bayonne. On a commencé avec une formation à cinq dans laquelle je n'étais que guitariste pour finalement passer au chant en 1991 et conserver cette formule à quatre depuis maintenant plus de seize ans.
On évolue plutôt actuellement dans un esprit musical speed avec toujours des paroles en français même si on a déjà dans notre répertoire quatre morceaux chantés en basque.
Les textes ont toujours été très importants dans KILLERS et j'ai la chance et l'honneur de les écrire depuis le tout début.
Voilà donc pour les grandes lignes mais vous vous doutez qu'il n'est pas très facile de dresser un historique en quelques mots pour un groupe qui existe depuis plus de vingt trois ans.

Pourquoi avoir attendu autant de temps le successeur de "Habemus Metal" ? Killers fait figure d'un métronome dans la sortie des disques. Qu'avez-vous fait pendant ces presque 5 ans ?

" Habemus Metal " est sorti il y a un tout petit peu plus de 4 ans.
Durant cette période, nous avons toujours continué de jouer et cela s'est accompagné de la sortie d'un cd live et du premier dvd de KILLERS.
Nous nous sommes également investis sur notre secteur en mettant en place une structure d'organisation de concerts qui fera qu'en mai 2007, nous aurons organisé 22 concerts à Bidache qui auront vu 103 prestations et 67 groupes différents s'y produire au moins une fois.
Il faut remarquer que " Habemus Metal " présentait une quarantaine de minutes de musique alors que le nouvel album en contient quasiment soixante dix. Il ne s'agissait pas d'en mettre pour en mettre mais d'un autre côté, le délai d'attente entre les deux sorties est compensé par cette durée accrue.

Comment tu définirais votre musique exactement ? On sent que le groupe distille une musique à la fois heavy, thrash, speed…

C'est effectivement le cas. Selon les périodes, certaines orientations se sont avérées plus ou moins marquées que d'autres mais, dans l'ensemble, nous avons toujours maintenu une certaine diversité. Cela s'avère encore plus affirmé à l'écoute de ce nouvel album. Cette approche me paraît importante à conserver car elle nous ouvre des horizons toujours plus importants à explorer.

Est-ce que le fait de posséder un tel background depuis 1984/1985, ne risque pas d'assagir Killers ? je veux dire par là que vous n'avez plus rien à prouver…

Au contraire, nous sommes totalement libérés à ce niveau. Nous ne raisonnons pas en terme de comparaison avec le passé ni en terme de perception d'autrui de notre musique. On fait en sorte que cela nous plaise et corresponde à nos propres envies. Le reste ne dépend pas de nous et il serait vain de penser que l'on puisse avancer sereinement en ayant d'autres paramètres en tête.

L'alchimie du line up semble bien rôdée. Comment vous êtes vous tous rencontrés ? Es tu toujours en contact avec les anciens membres du groupe ?

Cela va bientôt faire dix ans que nous nous connaissons (je connais même Florent depuis quinze ans), on peut donc effectivement parler d'une alchimie bien rôdée. On ne s'est jamais engueulé une seule fois et je crois pouvoir dire qu'on se connait tous mutuellement très bien. C'est une chose que je ressent comme une véritable richesse.
Pour ce qui concerne les anciens membres du groupe, je n'en revois occasionnellement que très peu. Celui que je revois le plus est Patrice LE CALVEZ qui vient parfois nous rendre visite lors de nos organisations de concerts sur BIDACHE. On s'entend très bien avec lui et c'est toujours un plaisir.

Comment s'est passé l'enregistrement de cet album ? Combien de temps ça a pris ?

Je ne pourrais absolument pas te répondre en termes précis sur ce sujet puisque nous enregistrons en fonction de notre actualité scènique. Ce sont donc des périodes non quantifiables qui se sont réparties sur 2005 et 2006.

Un mot sur cette production ? Qui s'en est chargée ?

Nous n'avons pas changé de manière de procéder.
Depuis plus de 13 ans, nous faisons tout à domicile de A à Z.
Tous les enregistrements qui ne me concernent pas sont effectués le samedi après-midi, lorsque nous avons une période un peu plus calme au niveau des concerts, et je m'occupe du reste durant la semaine.

Est-ce qu'à l'avenir vous continuerez en autoprod' ?

Nous continuerons à procéder de la sorte mais je compte bien arriver à faire en sorte que les sorties discographiques soient plus rapprochées même si pour y parvenir nous sommes amenés à faire certains choix un peu plus tranchés.

Tu es totalement satisfait d'"A L'Ombre Des Vautours" ou tu changerais quelques petits trucs avec du recul ? Quels sont ses points forts mais aussi ses points faibles selon toi ?

Compte-tenu de nos moyens, je pense qu'on a fait au mieux. Il y a toujours des choses qui peuvent être améliorées mais il faut savoir les accepter telles qu'elles sont. On peut toujours trouver à redire mais il ne faut pas que cela tourne à l'obcession sous peine de tout déséquilibrer. Pour ce qui concerne les points forts et les points faibles, je n'ai absolument pas une logique qui m'amènerait à avancer selon ce type de considération. Il fut un temps où je comparais nos productions avec d'autres mais maintenant, je ne le fais quasiment plus. Les moyens ne sont généralement pas du tout les mêmes donc je pense qu'il vaut mieux se concentrer sur les morceaux. Je ne suis absolument pas certain que nos albums seraient meilleurs si l'on se focalisait davantage sur le rendu sonore par exemple. J'aurai même plutôt tendance à penser le contraire.

Comment tu vois cette réalisation par rapport aux précédentes réalisations du groupe ? Une (r)évolution ? Une Etape… ?

Ce n'est pas à moi de porter un jugement à ce sujet. J'ai bien sûr un sentiment plutôt positif mais bon, c'est une photo.
Elle me semble correspondre avec la réalité et j'aurai tendance à continuer à la trouver plus belle que les précédentes.
J'espère que la prochaine nous procurera les mêmes sensations.
Pour le reste, cela relève de la perception de chacun.
De notre côté, nous continuerons à faire comme bon nous semble sans nous poser trop de questions à ce niveau.

T'as des titres préférés dans ce disque ? Pourquoi ?

Très sincèrement, je les aime tous et je serai vraiment très con si ce n'était pas le cas. Vu la durée de l'album, il m'aurait juste suffit d'enlever un éventuel titre que j'aurai trouvé plus faible mais cela n'a pas eu lieu d'être puisque je les aime tous autant. De toute façon, pour tous les albums de KILLERS, je n'arriverai pas vraiment à situer des titres préférés. Je pourrai me lancer à le faire mais il suffirait que j'écoute les autres morceaux pour que la liste se rallonge. En fait, j'ai tellement vécu avec chacun de nos morceaux qu'il ne me semble pas anormal de penser cela. Cela vient également surement du fait que j'ai toujours pu maitriser le contenu de nos albums sans que rien n'ait pu m'être imposé en terme d'existence officielle.

Avez vous eu des échos de cette réalisation ? Sont-ils positifs ?

J'ai reçu pas mal de réactions en provenance de correspondants qui se procurent l'album directement auprès de nous et il semble qu'une unanimité se fasse pour un accueil favorable. Au niveau des chroniques, ce sentiment semble se confirmer, tu te doutes que cela nous fait chaud au coeur.

Comment ça se passe avec Brennus Music ? Comment vous êtes vous rencontrés ?

Alain RICARD nous avait contacté en 1995 et ça s'est finalement fait en 1996. Depuis, tout se passe au mieux sur une base de confiance réciproque qui ne s'est jamais démentie

Quelles sont vos sources d'inspiration quant à l'écriture ? On sent que la connerie humaine est au premier plan…

Lorsque je commence à écrire, je ne sais quasiment jamais vers où je vais aller.
Donc, c'est plutôt un état d'esprit général qui va se dégager. C'est pour cela que j'essaie de le faire sur au moins deux ou trois périodes distinctes. Si des tendances reviennent, c'est que le sentiment général évoqué m'était particulièrement empreint. Il se peut également qu'il y ait des persistances mais je pense qu'il faut plutôt le voir comme une marque de fabrique, ce que certains nommeraient " style ", en évacuant bien sûr toute prétention qui n'a absolument pas lieu d'être. Mais bon, pour tout ce qui concerne les questions d'inspiration, j'évite d'y penser car cela me bloquerait tôt ou tard.
J'écris les textes très tardivement mais j'ai toujours une partie de mon esprit qui y pense lors de toutes les étapes précédentes d'enregistrement. Je sais donc quand même plus ou moins les directions que je pourrais éventuellement essayer de prendre lorsque le moment sera venu. Pour les thèmes, il est bien sûr évident qu'on a davantage tendance à rebondir sur ce qui nous fait douter ou nous oripile et il faut bien reconnaître que la matière planètaire actuelle est sans limite à ce niveau.

Et en ce qui concerne les compos, comment ça se passe ? Tout le monde compose et vous fonctionnez en démocratie pour la direction artistique des morceaux ou il y a un "dictateur" parmi vous ?

La base est toujours guitaristique.
Si cela vient de Thierry, j'aménage plus ou moins les structures en fonction des parties chants que je pense placer.S'il s'avère que des rajouts minimes doivent être effectués, on voit ça ensemble.
Si cela vient de moi, je le fais directement au moment de la composition.
Pour les chants, j'ai toujours une idée immédiatement très précise mais je n'écris les paroles que très tardivement, le plus souvent d'un seul trait.
Je suis donc un peu au centre de ces divers processus mais je pense avoir assez d'expérience pour ne pas avoir à agir d'une façon qui tendrait à me faire passer pour un dictateur. Cela ne pourrait pas aller très loin si tel était le cas. Jusqu'à présent, tout s'est toujours fait le plus naturellement du monde et je crois que cela s'entend au final.

Comment est venu cette (excellente) idée de rajouter le poème de Baudelaire, "L'Ennemi" dans le morceau "Comprendre" ? Qui est ce qui le lit ?

A l'origine, on tombait sur un passage basse/batterie avec des ajouts de guitares qui pouvait rouler sans pour autant constituer un point fort indéniable mais j'y ai cogité un peu durant quelques écoutes et j'ai pensé qu'une dimension autre pouvait être. J'ai concrétisé tout cela très rapidement en une seule soirée et je crois que cela vallait vraiment le coup. Pour la narration du texte, il s'agit de Pierre VIALA qui a, entre-autres, été acteur dans " La famille Duraton ", un film réalisé en 1939. Son timbre de voix et son sens de la narration est énorme comme d'ailleurs pas mal d'acteurs de cette époque.Le talent est intemporel, Baudelaire en est la preuve. Il est normal que ceux qui le servent en soient remerciés et honorés.

Est-ce que les objectifs de compositions que vous vous étiez fixés ont tous été atteints lors de l’enregistrement ?

Nous n'avons jamais raisonné en terme d'objectifs de compositions. Il est néanmoins vrai que pour cet album, j'ai souhaité élargir notre palette et je crois que ce sera une bonne chose pour l'avenir.

La recherche mélodique semblent être un axe essentiel de votre musique même s'il y a des passages carrément agressifs. C'est un point sur lequel vous insistez naturellement beaucoup ?

Je ne sais pas si le terme " insister " est vraiment le plus opportun mais il est vrai que l'on essaie de garder une articulation des structures des morceaux qui reste fluide même si pour cet album on a limité un peu les répétitions type couplets, transitions, refrains pour éviter les éventuelles longueurs liées à la durée totale de l'album. Elles sont là mais elles ne se répètent pas forcément automatiquement. Je pense que l'aspect mélodique se situe surtout à ce niveau. Pour shématiser, je dirai que l'on est plus dans la chanson que dans le groove. C'est peut-être cela qui donne cette impression.

Un mot sur l'artwork. Qui s'en est chargé ? Vous ne travaillez plus avec Xavier Lorente-Darracq comme par le passé ?

Xavier LORENTE a été contacté en septembre 2006 et, comme il n'avait pas de création originale à nous proposer, on a travaillé sur différentes pistes qui ne se sont pas avérées concluantes.
Nous voulions, par exemple, revenir à un visuel plus basique, justement plus ciblé Metal mais cette piste n'a pu aboutir.
On s'est donc retrouvé en début d'année 2007 et voyant que nous prenions du retard à ce niveau, je m'y suis collé et j'ai consacré un après-midi pour réaliser ce visuel.
On avait proposé à Xavier d'avancer sur le reste du livret mais, comme cela n'avait pas démarré, j'ai continué dans la foulée.

Qu'attends tu de Killers maintenant ?

La situation actuelle du marché du disque ne nous laisse pas entrevoir des miracles donc nous allons continuer à nous faire plaisir en espèrant que ceux qui nous soutiennent persisteront dans cette voie. Je pense qu'à ce niveau nous avons la chance de pouvoir compter sur un nombre assez conséquent de passionnés. A nous de faire en sorte que l'efficacité soit, pour que Killers puisse continuer à progresser.

Comment expliques tu la longévité du groupe ? Quel est votre secret…?

Le groupe existe grâce à tous ceux qui en ont fait partie à un moment ou à un autre. Il s'est perpétué car j'en suis resté l'élément central mais, à aucun moment, je n'ai mis cette réalité en argument de supériorité mal placée. Je crois pouvoir dire que tous ceux qui m'ont fréquenté au sein du groupe gardent quand même quelques bons souvenirs, en tout cas, c'est ce qu'il m'a semblé. Depuis bientôt dix ans, KILLERS est stable. C'est forcément un peu dû aux expériences passées mais c'est surtout grâce à Nicko, Titi, Thierry et Florent. Il n'y a pas de secret particulier ni de recette miracle. Je pense néanmoins toujours à Nicko dont l'absence reste toujours une souffrance partagée qui nous unit à tout jamais.

Est-ce qu’une future réalisation est en cours de préparation ou du moins en cours de réflexion dans un futur assez proche ? Toujours chez Brennus Music ?

Il est vraiment trop tôt pour pouvoir te répondre à ce sujet. L'album n'est sorti que depuis un mois en distribution, nous devons d'abord voir comment les choses se passent.

Est ce que des dates sont prévues pour bientôt pour promouvoir cet album ?

Elles commencent effectivement à arriver depuis la sortie de l'album. Par contre, nous ne faisons toujours pas de tournée, nous continuons comme d'habitude avec des dates ponctuelles placées sur des week end.

Un mot sur Bidache Metal ?

Nous reprendrons en octobre et novembre prochain pour un quatrième cycle d'organisation.
Il va sans dire que nous sommes très heureux d'avoir pu réussir à mettre en place cette structure.
Nous avons pu le faire en toute indépendance financière grâce à ceux qui viennent, public et groupes. C'était un objectif premier, nous avons réussi à l'atteindre.

Un concert de Killers c'est quoi ? C'est comment ?


Nous ne sommes pas du style à nous prendre trop la tête sur l'aspect technique. On joue nos morceaux avec sincérité et envie. Ensuite, cela se passe au gré des diverses aventures qui ne manquent pas de se présenter. Quelles que soient les formations, ça s'est toujours passé plus ou moins comme ça à ce niveau. Cela peut éventuellement en irriter certains mais c'est comme ça que l'on est. On ne va pas essayer de se présenter autrement, ça ne passerait pas. Nous sommes à l'image de notre musique et je crois que c'est cela qui plait aux gens qui nous suivent.

Que pensez-vous de la scène métal française ? Quels sont les jeunes groupes qui attirent ton oreille ?

La scène metal actuelle française est très talentueuse. Elle a beaucoup progressée techniquement et beaucoup de groupes ont aujourd'hui une stature officieuse internationale. Il est dommage que l'hexagone ne puisse leur offrir une assise confortable qui leur permettrait de continuer à progresser d'une manière plus conséquente. Je crois qu'il faudrait actuellement que les groupes essaient plus de développer leurs propres identités en s'éloignant un peu de leurs influences mutuelles originelles. Cela pourrait être une manière de faire un pas supplémentaire et de franchir un nouveau palier. Au début, il est toujours normal de marcher dans le sillage de ses influences. Il faut savoir s'en démarquer pour apporter sa pierre à l'édifice. Cela permettrait d'enrichir l'aura de notre scène hexagonale ainsi que son audience car ils seraient davantage considérés comme des entités. Le public y verrait globalement un peu mieux et cela épicerait notre metal. Il y a un combat perpétuel sur les structures, il faut qu'il puisse se mener avec une sphère artistique moins prévisible et convenue. Pour ce qui concerne les noms, je ne t'en citerai pas car la liste serait vraiment trop longue si je dois les citer tous.

Penses-tu qu'avec cet album, Killers puisse avoir vocation à se placer comme Dieu le Père du métal français ?

Je pense que je serai un peu déglingué si je répondais à ta question par l'affirmative.
Nous faisons d'abord notre musique pour notre plaisir personnel.
Si elle peut permettre à des gens d'y prendre plaisir en l'écoutant, ce n'est que mieux.
Si elle peut en faire vomir certains, ce n'est pas pour nous déplaire.
Pour ce qui est du Metal français, il a plus besoin d'apotres pour remplir les salles de concerts et acheter les albums des groupes que de Dieux à se trouver.

Ton meilleur souvenir au sein du groupe ? ...et le pire ?

A l'échelle de 24 ans d'existence en tant que groupe qui présente ses propres compositions, je ne peux vraiment pas faire un tel choix au niveau d'un meilleur souvenir sans risquer d'oublier des trucs.
La seule chose importante au niveau émotionnel qui a eu, a et aura toujours de la valeur au sein de la vie du groupe est la tristesse liée au décès de Nicko.

S’il y a une question que je ne vous ai pas posée et à laquelle vous espériez fébrilement tant répondre…c’est à vous !

J'étais justement en train de me demander si tu allais me poser cette question mais je vois avec plaisir que tu m'as devancé (rires)
Non, en fait, je voulais très sincèrement te remercier pour ton soutien et te féliciter pour la passion que tu mets au service des groupes pour leur permettre de s'exprimer. Entendre parler des musiciens n'est pas forcément la chose qui soit la plus précieuse aux oreilles des auditeurs mais cela peut donner quelques clés qui permettront de comprendre un peu mieux certains aspects de nos musiques.

Un message pour les (millions de) lecteurs de Metal Sickness ?

Je vais quand même te remercier pour l'économie des timbres (rires)

Merci à tous pour votre attention, j'espère vous avoir donné envie d'écouter ce nouvel album, si ce n'est pas encore fait.
Continuez à soutenir les groupes qui vous plaisent en achetant leurs albums, c'est vraiment important si vous souhaitez qu'ils puissent continuer à avancer.
Revenir en haut Aller en bas
http://killers.fr
volumenbrutal

avatar

Age : 52

MessageSujet: Re: Interviews 2007   Mar 3 Juil 2007 - 16:41

Elle est superbe cette interview!!! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Yann

avatar

Age : 48
Localisation : VIERZON (18)

MessageSujet: Re: Interviews 2007   Mar 3 Juil 2007 - 19:52

Quasiment la meilleur interview pour moi !!!! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Bruno
 
avatar

Age : 55
Localisation : Pays Basque

MessageSujet: Re: Interviews 2007   Lun 9 Juil 2007 - 15:20

Nouvelle interview sur La Guilde du Metal

Killers, les racines du heavy français!

Killers n'en est pas à son premier coup d'essai avec "A l'Ombre des Vautours" et ne tient pas non plus à déposer les armes de si tôt! Au lieu de vous faire une brêve présentation du groupe, je laisse Bruno Dolheguy, chanteur et guitariste du combo, s'en charger car il sera certainement plus efficace que moi!

Interview réalisée par Yroenn.

Killers à l'ombre des Vautours

1- Killers bonjour, merci d'avoir accepter de répondre à quelques questions. Tout d'abord pourriez-vous me donner un mot pour résumer votre hallucinante carrière de plus de deux décénnies au sein de la scène métal française?

Killers existe depuis 1983. On est basé géographiquement sur le Pays Basque dans le secteur de Bayonne. On a sorti à ce jour 15 albums dont deux live, une version anglaise et un réenregistrement des parties vocales d'un ancien album. On a donc commencé en 1983 avec une formation à cinq dans laquelle je n'étais que guitariste pour finalement passer au chant en 1991 et conserver cette formule à quatre depuis maintenant seize ans. Il y a Florent POUEY à la batterie, Patrick OLIVER à la basse, Thierry ANDRIEU à la guitare et donc moi à la guitare et au chant. On évolue plutôt actuellement dans un esprit musical speed avec toujours des paroles en français même si on a déjà dans notre répertoire quatre morceaux chantés en basque.Tous nos albums sont disponibles sur le label BRENNUS en distribution SOCADISC. Vous pourrez également les trouver sur notre site en vente directe. Voilà donc pour les grandes lignes mais tu te doutes qu'il n'est pas très facile de dresser un historique en quelques mots pour un groupe qui existe depuis plus de vingt deux ans.



2- Malgré de nombreux changements de line-up et le fait que vous restiez fidèle à votre style sans concessions, vous êtes toujours un modèle pour les groupes émergents et une figure incontournable de notre histoire métallique. Comment expliquez-vous celà?

Je pense que c'est tout d'abord dû aux 24 ans d'existence sans interruption du groupe. J'espère que notre personnalité y est également un peu pour quelque chose mais bon, ce sont des choses qui ne nous tracassent pas plus que ça, même s'il est évident qu'un sentiment de reconnaissance et de respect fait toujours plaisir à ressentir. Au niveau du line-up, je voudrais quand même souligner notre stabilité depuis maintenant 9 ans.



3- Votre dernier album "à l'ombre des vautours" est toujours aussi franc et incisif. N'avez-vous jamais songé à ajouter d'autres influences dans votre musique, du chant féminin ou des claviers par exemple, pour la rendre plus actuelle et accessible?

Si on devait le faire, ce ne serait sûrement pas dans ce but. On le ferait tout simplement parce que ça nous plairait, sans nous occuper de savoir si ça nous rendrait plus accessible. Mais bon, pour l'heure, l'envie d'inclure les exemples que tu cites ne nous a jamais traversé l'esprit. Je ne pense pas que ce soient d'ailleurs les premières influences qui nous viendraient à l'esprit.



4- Bruno, les paroles sont comme d'habitude très directes et engagées. Vous partez en croisade contre tout ce qui ne va pas dans ce monde à chaque album, en l’agrémentant de morceaux plus personnels, parfois même amusants! Quel est ton sujet de prédilection pour écrire?

Lorsque je commence à écrire, je ne sais quasiment jamais vers où je vais aller. Donc, c'est plutôt un état d'esprit général qui va se dégager. C'est pour cela que j'essaie de le faire sur au moins deux ou trois périodes distinctes. Si des tendances reviennent, c'est que le sentiment général évoqué m'était particulièrement empreint. Il se peut également qu'il y ait des persistances mais je pense qu'il faut plutôt le voir comme une marque de fabrique, ce que certains nommeraient « style », en évacuant bien sûr toute prétention qui n'a absolument pas lieu d'être. Je ne pourrais pas, pour autant, dégager un seul sujet de prédilection. Cela d'autant plus que j'aime bien placer pas mal de tiroirs plus ou moins visibles que l'on peut ouvrir ou pas selon sa propre sensibilité.



5- Tu a repris le micro depuis 1991 si je ne m'abuse. Est-ce que ça n'a pa été trop difficile pour toi de garder le groupe en main en gérant à la fois le chant et la guitare? Ca fait beaucoup de responsabilités.

Au niveau des responsabilités, cela ne m'a pas trop perturbé puisque j'en ai toujours eu un bon paquet à assumer depuis le tout début du groupe. Sur ce point précis, je ne suis pas parti non plus les deux pieds en avant puisqu'on a eu une période assez courte durant laquelle nous avons joués à trois guitares. Passée cette période, on s'est retrouvé à nouveau à cinq puis à quatre sans que cela ne me paraisse insurmontable à assumer correctement. Il est vrai que cela fait beaucoup de choses à mener de front. Certaines se font sûrement au détriment d'autres mais bon, l'équilibre actuel nous va et on ne se pose pas trop de questions à ce sujet.



6- Maintenant que l'album est sorti vous allez certainement reprendre la route pour le promouvoir. Avez-vous prévu quelque chose de particulier pour une tournée,comme plus de petites salles ou au contraire de festivals, un jeu de scène bien défini...?

Nous ne ferons toujours pas de tournée, nous continuons comme d'habitude avec des dates ponctuelles placées sur des week end. Pour les lieux, nous n'avons pas de préférence particulière, on est prêt à jouer n'importe où sans que cela puisse nous déranger le moins du monde. Concernant notre approche scènique, on n'y pense pas spécialement. Le naturel prédomine. Nous ne sommes pas trop du style à trop réfléchir sur cet aspect des choses.



7- Vous devez connaitre d'autres artistes de la scène française, métal ou non, depuis le temps que vous en fait parti. N'avez-vous jamais envisagé une collaboration avec l'un d'entre eux pour un morceau, ou peut-être un album entier?

C'est vrai que cela pourrait être sympa mais l'occasion ne s'est jamais présentée. Je pense que notre localisation géographique peut, en partie, expliquer cela. Peut-être qu'à l'avenir des plans se feront mais, pour l'heure, rien n'est prévu à ce niveau.



8- Je sais que vous êtes des gros travailleurs et que vous ne vous arrêtez jamais. Vous avez sûrement déjà des projets pour votre prochain album!

On a effectivement pas mal de morceaux en réserve mais il faut d'abord qu'on voit comment les choses vont se passer au niveau de l'accueil de ce nouvel album. On va peut-être se faire quelques plans intermédiaires avant de se plonger sur un nouvel album d'inédits. Pour l'heure, rien n'est vraiment défini, c'est encore un peu trop tôt.



9- Le traditionnel mot de la fin pour nos lecteurs.

Je vais finir également par un traditionnel « merci ». J'espère vous avoir donné envie d'écouter « A l'ombre des vautours », si ce n'est pas encore fait. Continuez à soutenir les groupes qui vous plaisent en achetant leurs albums, c'est vraiment important si vous souhaitez qu'ils puissent continuer à avancer.
Revenir en haut Aller en bas
http://killers.fr
carlo

avatar

Age : 43
Localisation : ger (64)

MessageSujet: Re: Interviews 2007   Mar 10 Juil 2007 - 1:51

trop cool cette interview
Revenir en haut Aller en bas
 
Interviews 2007
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Forum KILLERS :: KILLERS :: Medias, merchandising et visuels-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: