Histoire dans les détails de KILLERS
Forum KILLERS
Bienvenue chez vous
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Facebook KILLERS  Connexion  
La partie du forum dédiée à KILLERS est désormais accessible en sa totalité aux non enregistrés (Tout le monde peut lire et poster)
Rejoignez les 643 membres enregistrés et postez pour ajouter votre message aux 21877 autres

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 

 Histoire dans les détails de KILLERS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bruno
 
avatar

Age : 55
Localisation : Pays Basque

MessageSujet: Histoire dans les détails de KILLERS   Mar 18 Déc 2012 - 23:31

Bruno a écrit:
En développement d'une question qui m'avait été posée sur l'origine de l'envie de former Killers, j'ai approfondi un peu tout ça et voici la tartine  Laughing

Avant de placer tout ça sur le site, je voulais demander aux courageux qui iront jusqu'au bout et qui penseraient que des corrections doivent être apportées de le faire ici.

Je ne pense pas qu'il y ait des inexactitudes mais je préfère avoir votre avis avant de le diffuser hors forum.

Bon courage  lol!

L'HISTOIRE DE KILLERS DANS LES DÉTAILS

L'envie de former KILLERS est en fait un cheminement musical.

J'ai commencé très tôt (vers dix, onze ans) à écouter passionnément et très intensément de la musique, essentiellement Rock au sens large du terme.

J'étais un auditeur acharné et je n'ai franchi les paliers que relativement tard en commençant à essayer de jouer de la guitare en autodidacte durant les années lycées.

A cette période, j'ai commencé en groupe en massacrant des morceaux au fin fond d'une grange en 1979 avec des amis d'enfance.

Quand je dis "massacrer" c'est un peu exagéré, c'est surtout qu'on faisait tourner les passages que nos niveaux musicaux limités nous permettaient de jouer.

Par exemple, on jouait des morceaux de Hard Rock de l'époque plutôt basiques qui nous branchaient bien comme "Attention contrôle" d'OCÉAN mais juste l'intro et le couplet parce que le refrain commençait à nous demander trop de niveau. Un des amis ayant un clavier, on tournait aussi assez souvent « Child in time » de DEEP PURPLE. Pour l'anecdote, j'étais même chargé de me positionner devant le micro pour m'occuper du chant. Je ne crois plus posséder d'enregistrements de cette période mais j'en garde un souvenir très rafraîchissant.

Donc on tournait des trucs qui nous éclataient pendant des heures en buvant des bières et ça nous convenait tout à fait.

Après, on s'est quand même dit qu'il fallait qu'on arrive à se les compléter ces satanés morceaux et on y est peu à peu arrivé sans pour autant envisager d'aller plus loin.

J'ai eu ensuite l'opportunité de rejoindre le groupe dans lequel chantait Patrice LE CALVEZ (1er chanteur de KILLERS) en tant que guitariste rythmique.

On faisait du bal avec un répertoire essentiellement basé sur des groupes comme STATUS QUO, DEEP PURPLE, RORY GALLAGHER, TED NUGENT, VAN HALEN, AC/DC, TRUST, SAXON, IRON MAIDEN, SCORPIONS, TÉLÉPHONE, DUTRONC, CAPDEVIELLE, CABREL, ROLLING STONES.

On jouait également des compos du guitariste soliste.

On s’appelait "GENOCIDE" en référence au morceau de JUDAS PRIEST.

Ensuite, le guitariste soliste et le bassiste ont laissé tomber et on a continué en rajoutant des morceaux de JUDAS PRIEST, DEF LEPPARD, KROKUS par exemple.

Au moment où ils ont arrêté le groupe ( pour des problèmes auditifs ), on n'a pas pu assurer un bal important et on a décidé de changer de nom pour éviter des embrouilles de crédibilité qui auraient pu découler de cette annulation.

On a donc décidé en 1982 de s'appeler KILLERS .

Il y avait Jean-Marie DUCOUT à la batterie, Patrice LATAPY à la basse, Patrice LE CALVEZ au chant, Didier DEBOFFE et donc moi aux guitares.

A partir de là, on a continué en bal en commençant à inclure de nouvelles compositions à notre répertoire.

A cette période, Patrice LATAPY est remplacé par Pierre PAUL à la basse. Changement aussi à la batterie, puisque Jean-Marie DUCOUT a décidé d'arrêter et est remplacé par Pascal CHAUDERON.

Parallèlement durant cette période, j'ai aussi animé une émission de radio hebdomadaire de 22h à minuit (« Rock city » sur Radio Adour Navarre).

Et puis de fil en aiguille, au cours de l'année 1983, on a décidé de laisser tomber les bals pour se concentrer sur nos propres compositions et on a tenté notre chance dans un tremplin rock qui s'est déroulé en mars 1984 sur Bayonne.

On a remporté ce tremplin rock et on est parti dans l'idée de sortir un 45 tours en profitant du temps de studio compris avec le gain du tremplin.

Au niveau des répétitions, on a accéléré la cadence en répétant au minimum cinq fois par semaine et on s'est retrouvé à devoir faire un choix car Pascal devant s'éloigner pour ses études, ça n'aurait pas été possible. Il l'a compris mais n'a pas trop apprécié sur le coup de ne pas pouvoir profiter du temps de studio inhérent au fait d'avoir remporté ce tremplin. On a en effet choisi de le remplacer en mai 1984 par Michel CAMIADE qui jouait dans le groupe AIRBORNE (qui s'était retrouvé aussi en finale du tremplin face à nous). Sur le principe, Pascal avait raison, mais concernant l'avenir du groupe, il nous paraissait important que le batteur qui enregistre soit celui qui serait appelé à en devenir membre.

Les deux morceaux retenus étaient « Chevaliers du déshonneur » et « Au nom du Rock 'n' Roll ». L'expérience de l'enregistrement de ces morceaux en juin 1984 fut enrichissante mais elle ne nous a pas convaincus au point de la concrétiser par la sortie du 45 tours prévu.

On a continué à mettre en place de nouveaux morceaux pour arriver à un répertoire d'une heure et demie et on a commencé à les enregistrer avec les moyens du bord (un 2 fois 2 pistes) pour pouvoir proposer à l'écoute un ensemble de 14 titres. Nous sommes allés à Paris pour faire écouter ces enregistrements en divers endroits et la seule chose concrète qui en est ressortie est la publication d'une chronique plutôt élogieuse dans la rubrique démo du magazine national METAL ATTACK. De retour, au cours d'une répétition, on est venu me dire qu'il y avait un coup de téléphone pour moi, c'était MADRIGAL qui se proposait de sortir sous son label DEVIL'S RECORDS notre éventuel premier album.

A partir de là, nous avons, fin 1984, enregistré et mixé au Studio CARAT (24 pistes) de Bordeaux durant 13 jours notre premier album. Intitulé « Fils de la haine », il présente dix morceaux et sortira en mars 1985. L'album est très bien accueilli en France (à l'exception d'une seule chronique vraiment négative dans ENFER MAGAZINE qui descendra aussi ADX par la même occasion) et à l'étranger (Allemagne, Grande Bretagne, Japon, Canada). KERRANG nous classera même dans les charts imports. Les chiffres de ventes sont bons et la proportion se répartit moitié moitié entre la France et l'étranger.



Les concerts continuent et on fait aussi en avril 1985 un gros week-end de 3 soirées consécutives en Aquitaine avec VULCAIN.

En juillet, on est appelé en dernière minute pour participer au maintenant légendaire France Festival de Choisy-le-Roi. Cela nous permettra de connaître (en compagnie d'ADX) un gros succès auprès du nombreux public présent et ce sera la meilleure des réponses apportée à celui qui avait descendu nos premiers enregistrements discographiques.

Lors de ce festival, nous avons fait la connaissance de Jean-Paul GODEST par le biais de Christian BERGÈS (le gérant de MANHATTAN BOUTIQUE à BAYONNE). Christian avait commencé à nous aider sur pas mal de plans, mais il pensait que Jean-Paul pourrait nous aider à franchir des paliers supplémentaires. Jean-Paul GODEST était le dirigeant de CARNABY STREET à Paris et officiait dans la sérigraphie sur textile. Il a immédiatement accroché au groupe et a créé son label « SYDNEY PRODUCTIONS « . Il nous a présenté à Laurent THIBAULT qui était un ingénieur du son très renommé pour avoir notamment travaillé avec David BOWIE, Iggy POP, MSG, RAINBOW, NINA HAGEN, CHEETAH, Jacques HIGELIN et bien d'autres dans le mythique studio du Château d'Hérouville.

Nous avons maquetté de notre côté sur Bayonne des morceaux destinés à figurer sur notre second album et Laurent est venu les écouter. Il a apprécié les nouveaux titres et nous les avons enregistré au Studio Campus à PARIS en novembre 1985. Le mixage a été réalisé dans le tout nouveau studio que Laurent était en train d'aménager à AUVERS-SUR-OISE. (Studio Couleurs).

J'ai assisté à toutes les étapes de l'enregistrement à l'exception d'une journée durant laquelle les guitares solo ont été enregistrées par Didier. J'ai découvert le résultat lorsque je suis remonté seul pour le mixage et le résultat m'a énormément déplu par les options catastrophiques qui avaient été prises. On a essayé, autant que faire se pouvait, de limiter les dégâts, mais je ne me suis pas gêné à mon retour pour faire part de mon mécontentement. J'ai ressenti à partir de ce moment une ambiance très différente qui m'a par moment déstabilisé et qui s'est concrétisée assez rapidement par le fait que j'ai trouvé un jour la salle de répétitions aménagée à mon domicile vide avec juste un mot posé sur une table disant : « Salut Bruno, nous sommes venus récupérer notre matos car nous avons décidé d'arrêter le groupe. Bonne chance de ton côté. Salut. P.S. : Jean-Paul est au courant ».

Sur le coup, ce fût bien évidemment un choc mais je les ai pris au mot et j'ai décidé de continuer à faire vivre KILLERS.

Comme d'habitude, chacun porte une part de responsabilité dans une séparation. Ça ne pouvait de toutes manières pas continuer ainsi. Tout le monde a des défauts et ce n'est surtout pas en s'occupant de ceux des autres que les siens disparaîtront. Je me suis pour ma part efforcé de le comprendre et je crois que cela a contribué à nous mener où nous en sommes. Mais bon… sur le coup, il est évident que c'était plutôt un sentiment de colère et d'injustice qui prédominait. Il était évident que le but initial recherché était de m'exclure du groupe mais même pour cela, il y a eu de l'hypocrisie et j'ai donc pris ça pour une motivation supplémentaire car c'est une chose que je ne supporte pas.

Situation assez délicate, car l'album n'était pas encore sorti. J'ai convenu avec Jean-Paul GODEST que la sortie puisse se faire comme prévu en avril 1986 et je me suis mis en quête de nouveaux musiciens pour continuer.



Très rapidement, une première formation s'est mise en ordre de marche dans une excellente ambiance, mais le résultat ne m'a pas totalement convaincu.

J'ai plutôt décidé de repartir avec des membres d'un groupe bayonnais (V.S.O.P.) avec qui je faisais très souvent la fête et dont j'appréciais l'énergie et l'état d'esprit.

Philippe BORDA est devenu le nouveau batteur de KILLERS, Miguel CARON le nouveau bassiste, François MERLE le nouveau guitariste et Serge PUJOS le nouveau chanteur.

On a immédiatement mis en place un répertoire présentant des extraits des deux premiers albums de KILLERS, mais parallèlement, on a également composé les nouveaux morceaux qui constitueront ce qui sera le troisième album du groupe.

Durant cette période de trois ou quatre mois, on a eu droit à certains coups bas pour tenter de marginaliser, voire d'effacer, notre existence, mais cela n'a fait que renforcer notre détermination en suscitant une colère saine qui nous a fait intituler ce troisième album « Mise aux poings ».

Il sortira en mars 1987 sous le label DREAM RECORDS en distribution CBS. Il a été enregistré en douze jours et mixé en trois à AUVERS-SUR-OISE par Laurent THIBAULT et Pascal BODIN.



Dès sa sortie, les concerts reprennent avec juste une petite pause durant l'été qui sera mise à profit pour composer de nouveaux morceaux.

Reprise des concerts à la rentrée 87, puis l'enregistrement prévu en février 1988 est reporté au mois de juillet suite au départ de Miguel (pour des raisons extra-musicales) qui sera remplacé à la basse par René CHAVIN.

Ce quatrième album sera enregistré en deux semaines et mixé en une en juillet/août 1988 à VIC-EN-BIGORRE au studio d'ALBRET par Michel DASQUE et Jean-Bernard ITALIANO.

DREAM RECORDS ayant stoppé ses activités, nous avons cherché un nouveau label et nous avons finalement renoué avec SYDNEY PRODUCTIONS qui a beaucoup apprécié ce nouvel album.

Les concerts ont repris avec la sortie de l'album " Résistances "en ce début d'année 1989, mais Serge nous fait part de son désir d'arrêter toute activité musicale. Il assure toutes les dates prévues mais on n'en accepte plus d'autres pour respecter sa décision et on se met à la recherche d'un nouveau chanteur.



Cela ne nous empêche pas de composer de nouveaux morceaux avec une entente et une envie toujours aussi forte en ayant quand même à y ajouter le remplacement de René à la basse par David PEPIOT.

Ses qualités d'instrumentiste permettent au groupe d'aller encore plus loin mais malgré les auditions d'une bonne dizaine de chanteurs, la situation ne se débloque toujours pas au niveau du chant durant cette année 1990.

Lassé d'exposer à chaque essai les placements vocaux et souhaitant faire avancer un peu plus le gros boulot de composition que nous avions effectué, je me suis laissé aller à essayer de poser ma voix en témoin. Cela m'a d'ailleurs permis de comprendre pas mal de choses en « passant de l'autre côté de la barrière » et j'ai encore plus salué les performances passées de Patrice et de Serge, car c'est beaucoup plus facile quand tout se passe simplement dans sa tête sans avoir à le concrétiser de « vive voix ».

Toujours est-il que nous sommes passé à l'enregistrement de notre cinquième album sous cette formation à quatre. On est repartis au studio d'ALBRET à VIC- EN-BIGORRE avec cette fois-ci la certitude de le sortir sous le label SYDNEY PRODUCTIONS.

Nous avons réalisé un premier mixage mais le label nous a demandé d'en réaliser un nouveau au studio COULEURS de Laurent THIBAULT à AUVERS SUR OISE.

Je suis monté avec François et durant ce second mixage, Philippe s'est éloigné du groupe en prenant la décision d'arrêter toute activité musicale.

Nous avons alors contacté Patrick et Pascal SORIA qui avaient déjà joué dans le passé avec David.

Patrick SORIA est devenu le nouveau batteur de KILLERS et son frère Pascal a rajouté une troisième guitare au sein du groupe. Cela m'a permis de pouvoir poser de temps en temps la guitare et nous pouvions aussi mieux rendre sur scène certains passages plus étoffés du nouvel album « CITÉS INTERDITES » qui allait sortir en début d'année 1992.



Nous avons repris les concerts en fin d'année 1991 et un an plus tard, David nous a fait part de son envie d'aller explorer d'autres voies musicales. Alain GARCÈS a donc rejoint le groupe en tant que nouveau bassiste.

Les concerts ont continué mais un peu plus tard nous sommes revenus à une formule avec juste deux guitaristes, Pascal étant de plus en plus pris par ses activités parallèles en bal.

Nous avons alors envisagé la préparation et la réalisation d'un nouvel album. Pour cela, nous avons investi dans l'achat de matériel d'enregistrement avec la ferme intention de le réaliser à domicile.

Durant cette période, François s'est progressivement éloigné du groupe et son déménagement professionnel a scellé son départ du groupe.

Il a été remplacé en 1994 par Fabrice ARNOUTS qui lui aussi jouait conjointement dans un groupe de bal.

« CONTRE-COURANT » a vu le jour en 1995 et nous l'avons sorti sans passer par un label, en essayant de développer un système de dépôt vente auprès des disquaires hexagonaux qui étaient ok pour fonctionner selon ce principe.



Les concerts ont repris avec notamment un festival organisé à BARDOS pour célébrer les dix ans du groupe et nous avons continué à en enregistrer quelques-uns au moyen de notre propre matériel d'enregistrement.

Pour l'anecdote, VULCAIN a pu en bénéficier puisqu'ils ont sorti leur live « ATOMIC LIVE » grâce à ce matériel utilisé lors de l'un de nos concerts commun à Pau.

Durant cette période, Fabrice a dû quitter le groupe pour faire son service militaire et Ronan JACQUES l'a remplacé en avril 1996 à la guitare.

En fin d'année, nous avons projeté de sortir notre premier album live qui sera intitulé « ENNEMIS EN PUBLIC ».

Pour la sortie de cet album, nous avons décidé de rejoindre le label BRENNUS MUSIC. Alain RICARD nous avait déjà contactés avant la sortie de « CONTRE-COURANT », mais nous avions décliné l'offre car nous voulions vraiment expérimenter ce système de dépôt vente auprès des disquaires. Il s'est avéré que tout cela fut fort difficile à gérer et nous avons préféré revenir à un système un peu plus classique. Par la même occasion, l'ensemble de nos albums a été réédité et référencé auprès de BRENNUS. Nous avons quand même conservé la maîtrise de production et de fabrication, ainsi que la conservation d'un circuit de ventes directes qui a d'ailleurs toujours plus ou moins existé dans KILLERS. Depuis le tout début du groupe, nous avons en effet toujours eu un très grand nombre de correspondants qui ont pris pour habitude de nous soutenir directement.



Dans la foulée, nous avons composé et enregistré de nouveaux morceaux. Il y a eu dans la préparation de ce nouvel album d'excellents souvenirs, mais aussi des moments un peu plus délicats à gérer, car l'aspect technique était parfois un peu trop envahissant. Des enregistrements à des tempos non opportuns ont nécessité par exemple un gros surplus de travail de ma part. Tout cela et quelques autres aspects dont l'attente et un certain décalage m'ont un peu usé mais on a quand même réussi à en voir le bout et « FORT INTÉRIEUR » a vu le jour en mai 1998 en présentant seize nouveaux morceaux.

Immédiatement après la sortie de " FORT INTÉRIEUR ", j'ai composé les nouveaux morceaux qui ont formé l'ossature de « 109 ». J'ai vu que les autres n'avaient pas la tête à ça et que l'on repartirait pour le même délai et les mêmes histoires. Je leur ai donc fait part de mon intention de ne plus enregistrer d'album avec eux. Je n'avais absolument personne en vue mais je savais que c'était pour moi une chose nécessaire pour continuer avec sincérité et efficacité.



Durant l'été, on m'a contacté pour un enregistrement et j'ai accepté, histoire de me changer un peu les idées.

Dans ce groupe, il y avait un batteur (David LACAZE) dont j'ai bien apprécié le jeu et il m'a présenté Titi (Patrick OLIVER) qui avait été bassiste dans son groupe précédent.

Vite après, j'ai rencontré Frédéric CAZAUX qui s'est joint à nous à la guitare pour commencer à mettre en place de nouveaux morceaux.

David a dû très rapidement nous laisser car il est parti travailler en région Parisienne.

Au même moment, j'ai rencontré Nicko ANDRIEU lors d'un concert sur Bayonne et le courant est immédiatement passé. Il est devenu notre nouveau batteur.

On a commencé à enregistrer durant l'hiver 1998 mais on a pu les tester en répétitions auparavant. Cela ne nous était d'ailleurs pas arrivé depuis longtemps.

Frédéric avait de son côté son propre groupe et à un moment cela a commencé à être un peu difficile pour lui et il a dû faire un choix.Cela ne nous a pas posé de problème particulier puisque Nicko me parlait depuis longtemps de son frangin Thierry qui était guitariste et qui nous a alors rejoints.

Le nouveau line-up était au complet et on a poursuivi l'enregistrement qui s'est concrétisé par la sortie de « 109 » en avril 1999 toujours chez BRENNUS.

Ce " sang neuf " apporte l'assurance que le groupe fera tout pour tenir le rythme d'une sortie discographique tous les un an/un an et demi maximum. Cela me paraît primordial si l'on veut maintenir une existence musicale satisfaisante.

De plus, je me retrouve enfin accompagné au niveau composition et il est certain que des morceaux de Thierry par exemple figureront au sommaire du prochain album.

Chaque membre de KILLERS assume son rôle avec envie, plaisir et enthousiasme.
Cela me procure un plaisir incommensurable.



Les concerts reprennent et nous sommes notamment contactés par les organisateurs du fameux festival Allemand de Wacken qui réunit pour sa dixième édition 25000 passionnés de Metal.

En même temps, nous continuons de composer en groupe et « MAUVAISES GRAINES » voit rapidement le jour en 2000.



A cette occasion, nous avons recommencé à travailler avec Xavier LORENTE qui avait réalisé le logo et le dessin qui figurent sur « FILS DE LA HAINE ».

Avec son aide pour la transposition des textes en anglais, une version en anglais de « MAUVAISES GRAINES » voit le jour en mars 2001. Elle s'intitule « KILLING GAMES ».



Dans la foulée, j'ai ré-enregistré les parties vocales de notre troisième album pour pouvoir en présenter une nouvelle version avec un chant un peu moins mis en avant par rapport à la musique.

Et c'est le 16 juin 2001 que survient le drame : Nicko décède dans un accident de moto.
Sans entrer dans les détails, vous imaginez bien que notre peine est immense.
Nous décidons néanmoins de continuer car c'est assurément ce qu'il aurait voulu.

Nicko avait déjà eu un accident de bécane un an et demi auparavant et nous avions un concert en Bretagne deux jours après. Comme il était hospitalisé, c'est Florent POUEY notre road batterie, photographe, cameraman et ami qui l'avait remplacé au pied levé (en fait on ne lui avait pas trop laissé le choix et il s'en était très bien tiré malgré la jeunesse de ses 21 ans).

Florent avait également participé à notre périple allemand de Wacken en 1999 et c'était déjà en quelque sorte "le cinquième KILLERS". On n'aurait de toute façon pas pu rejouer immédiatement avec une autre personne.

Les concerts reprennent donc très rapidement et « MISE AUX POINGS 2001 » sort en septembre 2001 avec l'ajout d'une nouvelle version de « POUR TOUJOURS » et un bonus vidéo d'une dizaine de minutes réalisé par Olivier NELLI qui est un passionné de KILLERS de longue date.



En novembre 2001, les enregistrements reprennent un peu mais les concerts continuent avec notamment une date en février 2002 sur Paris intra-muros où nous n'avions jamais joué.

Nous n'avons jamais particulièrement reçu de soutien important de la part de la presse nationale mais il nous faut saluer ROCK HARD qui a parlé de nous assez souvent durant cette période sans avoir à le faire en fonction de considérations de budget promotionnel avec lesquelles nous n'avons d'ailleurs jamais fonctionné (ceci expliquant d'ailleurs peut-être aussi beaucoup cela en ce qui concerne cette attitude récurrente à notre égard de la part de la presse nationale « spécialisée »).

En été 2002, Titi se rapproche de nous en venant habiter au Pays Basque (il faisait toutes les semaines le trajet depuis Tarbes, ce qui représentait quand même une sacré distance).

Durant cet été, les enregistrements s'intensifient et l'échéance semble s'approcher.

Le nouvel album intitulé « HABEMUS METAL » sort finalement en novembre 2002 et reçoit un excellent accueil. Il sort toujours chez BRENNUS et en est sa centième publication.



Dans la foulée, nous avons atteint la première place du référendum annuel des lecteurs de HARD ROCK MAGAZINE et reçu un trophée le dimanche 6 avril 2003 à PARIS.

Les concerts continuent, nous avons rejoué notamment en juillet en Allemagne pour le KEEP IT TRUE FESTIVAL 2003.

Nous avons aussi enregistré deux de nos concerts en multipistes afin d'agrémenter un projet de DVD qui se profile. Comme l'ensemble demande quand même pas mal de temps de montage au niveau des images, nous avons sorti en décembre 2003 un deuxième album enregistré en public intitulé « LE CÔTÉ LIVE ».



En juin 2004, nous avons structuré nos organisations de concerts sur le village voisin de BIDACHE en augmentant très significativement leur périodicité et en les regroupant sous la dénomination « BIDACHE METAL ».

Au final en mai 2007, pas moins de 25 concerts auront vu 115 prestations et 73 groupes différents s'y produire au moins une fois.

En novembre 2004, le premier DVD du groupe réalisé par Olivier NELLI sort et nous profitons de l'occasion pour fêter, avec un peu de retard, les vingt ans du groupe les 12 et 13 novembre à BIDACHE.

On retrouve dans ce DVD d'une durée de deux heures des images concernant notre périple en 1999 au festival de WACKEN (elles sont agrémentées de deux morceaux totalement inédits qui datent de l’enregistrement de «MAUVAISES GRAINES»), quelques petits à-côtés sous forme de bonus destinés à situer l’esprit qui régnait dans le groupe à cette période, un montage qui présente notre participation à la remise des trophées Hard Rock de 2002, le bonus « GRAINES 2001 » qui accompagnait « MISE AUX POINGS 2001 », un clip monté sur « HM 2002 » ainsi que des images issues des concerts de LA BASTIDE CLAIRENCE et de BIDACHE (mars et mai 2003) qui correspondent à l’enregistrement audio du dernier live « LE CÔTÉ LIVE ».



Avec 16 organisations mensuelles consécutives « BIDACHE METAL » (hors été), il n'a pas été simple de s'organiser pour enregistrer 22 nouveaux morceaux en 2005 mais nous arrivons quand même en début d'année 2006 en enregistrant les guitares solo des quasiment 70 minutes qui formeront le prochain album.

De mon côté, j'ai moins de temps à consacrer au groupe car je dois m'occuper de ma mère qui a de graves problème de santé.

En avril 2006, notre forum officiel voit le jour, il prend le relais de la Mailing liste (créée en mai 2001) qui s'est avérée être un format un peu trop difficile à gérer au regard du nombre d'inscrits qui ne cesse de croître.

A la rentrée 2006, les enregistrements sont terminés mais ma mère décède en octobre et on préfère donc repousser la sortie du nouvel album au début 2007.

D'un autre côté, les pochettes proposées par Xavier LORENTE ne font pas l'unanimité au sein du groupe et je décide donc en janvier 2007 de m'en occuper pour éviter de prendre davantage de retard.

"A L'OMBRE DES VAUTOURS" sort en avril 2007.

L'énergie présente sur son prédécesseur ("HABEMUS METAL") se confirme mais elle se complète également avec des explorations variées qui couvrent quasiment tous les styles qui composent la musique Metal dans son ensemble.



Les concerts continuent dans l'hexagone avec aussi d'autres organisations sur BIDACHE.

En janvier 2008, nous participons à la deuxième édition du PARIS METAL FRANCE FESTIVAL et nous sortons un troisième enregistrement live en juin 2008 intitulé « PARIS METAL FRANCE FESTIVAL 2008 ».

Cet album sortira toujours chez BRENNUS mais nous déciderons de ne pas le placer dans le circuit de distribution « classique » car certains vendeurs nous feront remonter par le label des remontrances concernant les prix, selon eux trop bas, pratiqués par notre propre réseau de vente directe.



Encore et toujours des concerts avec notamment une première incursion en Pays Basque sud en fin d'année et en milieu d'année 2009 en Espagne mais aussi un retour en Allemagne pour le HEADBANGERS OPEN AIR.

En février 2010, après 15 années de présence auprès de KILLERS (dont presque neuf en tant que batteur), Florent ne peut plus consacrer autant de temps qu'il le voudrait et le faudrait au groupe. Nous sommes toujours extrêmement liés en amitié et c'est justement pour que cela ne change pas que nous avons décidé ensemble de profiter de cette période sans concerts pour rechercher un successeur.

Carlo DI MATTEO, ami et fan de KILLERS depuis presque vingt ans, le remplace en mars.

Nous reprenons les concerts en juillet et en milieu d'année 2011, nous commençons à nous concentrer plus fortement sur l'enregistrement de nouveaux morceaux. En fin d'année, le choix est fait et les batteries sont enregistrées.

En janvier 2012, un dessinateur est contacté et nous lui communiquons le titre du futur album.

En milieu d'année 2012, tout est enregistré mais la première pochette que le dessinateur nous propose fin août ne paraît pas convenir pour cet album à trois membres du groupe.

Une fois de plus, pour éviter d'avoir à retarder la sortie de l'album, je décide de m'en charger.

« 10:10 » sort finalement comme prévu le 10 octobre.

Ce nouvel album équilibre un peu plus que ses deux prédécesseurs les prédominances Heavy, Speed et Thrash qui font partie intégrante de la musique de KILLERS.

Il n'est disponible qu'auprès de KILLERS en vente directe sur le site officiel au prix de 10 euros port compris pour le monde entier.

Il est aussi disponible sur Amazon et Priceminister toujours en vente directe par le groupe.

Du fait de ce choix de vente directe exclusive, nous n'avons pas de label mais nous tenons à remercier Alain RICARD et BRENNUS pour les quinze années de travail commun.

Nous avons eu des appels de pieds de la part de quelques labels, mais le besoin de recadrer un peu les choses au niveau du circuit de distribution ne peut se faire en continuant à le fréquenter.

Nous n'avons rien à reprocher au label BRENNUS car il a toujours œuvré dans notre direction pour essayer de concilier ce qui semble malheureusement inconciliable.

On a quand même, lui et nous, fait de sacrés efforts pour diminuer les marges et malgré cela, les avancées n'ont pas été très significatives si l'on se réfère à ce qui était proposé le plus souvent en bout de chaîne à un acheteur fréquentant le circuit traditionnel.

On sait que sa position n'a pas toujours été très facile pour essayer de ménager tous les intérêts et nous lui en sommes gré. Nous verrons ce qu'il adviendra de tous les maillons à l'avenir mais pour notre part, nous avons décidé de simplifier les choses en procédant de la sorte.



Sur ce mode de fonctionnement, le contact direct est primordial. Il va donc falloir tisser un maximum de nouveaux liens et les maintenir actualisés. Tout cela bien sûr en plus de tous ceux, déjà très nombreux, existants.

Pensez donc à nous tenir informés de tous vos changements de coordonnées, cela nous facilitera grandement la tache.

Favorisez (et actualisez si besoin), les contacts sur vos adresses e-mail.

Si ce n'est pas possible, faites-le sur vos adresses postales.

Cette formule a bien sûr des inconvénients mais elle a aussi énormément d'avantages et nous comptons bien vous en faire profiter en augmentant très significativement le nombre de nos sorties discographiques.

Après la sortie de « 10:10 », Carlo est devenu le père d'un quatrième enfant et a pris la décision « d'arrêter sa passion pour se consacrer entièrement à sa vie de famille qui lui demande déjà beaucoup d’énergie, de temps et d'argent ».

De notre côté, nous avons finalisé durant l' été l' enregistrement d' un nouvel album intitulé "imido" qui sort le 10 octobre 2013.
A cette occasion, nous avons entamé une collaboration graphique (toujours en cours) avec le talentueux Stan-W DECKER.
Un nouveau pan de stabilité se rajoute.



En novembre 2013, les organisateurs du fameux HELLFEST nous contactent et nous convenons d'une participation pour l'édition 2014.
Dans le même temps nous avons recherché un nouveau batteur sur le 64 et le 40 mais nous n'en avons pas trouvé qui puisse posséder le niveau de jeu en double grosse caisse escompté.
Pour ne pas rester bloqués par cela, nous avons décidé d'assurer des concerts à trois avec nos programmations batterie.
Nous les avons enregistrés et "Six pieds sur scène Volume 1 et 2" ont vu le jour le 10 juin 2014.




Lors de l'un de ces concerts, nous avons joué avec SIVER MACHINE dont le batteur (Vincent ROUBIÈRE) avait participé à nos organisations "BIDACHE Metal" avec ASMODÉE et OFFENDING.
Sur proposition de, et en accord avec tous les membres de SILVER MACHINE (Merci les gars !!!), Vincent joue au HELLFEST avec nous le samedi 21 juin 2014.

Nous reprenons les enregistrements dans la foulée et un nouvel album intitulé "Le baiser de la mort" sort le 10 février 2015.



Quatre mois après la sortie de ce nouvel album, nous décidons de proposer un nouveau « pas », dont acte !!!



« Mauvaises graines » étant épuisé, nous avons décidé de célébrer le quinzième anniversaire de sa sortie en proposant une version inédite agrémentée de deux titres bonus qui, jusqu'à ce jour, ne sont apparus que sur le DVD « Documents 1999-2004 » (« Témoin » et « Histoire d'un homme »)

Nous en avons profité pour retravailler le son et pour l'occasion, le visuel a été amélioré et un nouveau livret a été réalisé.
Un tee shirt est également fabriqué (Il n'y en avait jamais eu pour cet album)

Pour compléter tout cela, nous avons aussi pressé un CD qui contient deux nouveaux titres totalement inédits que nous venons tout juste d'enregistrer (« Les trois coups » et « Bienvenue sur scène »)

Ce même mois de juin, nous revenons en concert en compagnie de Vincent ROUBIÈRE qui devient officiellement notre batteur pour toutes les prestations qui se présenteront à l'avenir (à commencer par l'édition 2015 du Motocultor Fest et la 25ème édition du Festival de Vouziers)
Nous lui avons bien sûr indiqué que nous souhaitions mettre en principe fort qu'il fasse d'abord passer ses autres groupes.
Étant géographiquement trop éloigné de nous, imido continuera à s'occuper des enregistrements batterie studio.



Les célébrations continuent en août avec le trentième anniversaire de la sortie du premier album "Fils de la haine".
Une nouvelle édition du CD est réalisée avec le visuel du tee shirt de l'époque (qui lui aussi est à nouveau fabriqué)
Le son est "nettoyé" afin de proposer une meilleure définition de tous les éléments et, en cerise sur le gâteau, le concert du 7 avril 1985 d'Anglet est proposé sur un support CD (60 minutes) sobrement intitulé "Live 1985".




Un nouvel album intitulé "Trajets-dits" sort le 15 décembre 2017

Revenir en haut Aller en bas
http://killers.fr
Hardos1984

avatar

Age : 47
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: Histoire dans les détails de KILLERS   Mer 19 Déc 2012 - 0:13

Tout d'abord c'est passionant a lire jusqu'au bout .

On ressent bien tout l'atachement bien naturel que tu a pour killers et pour cause Smile

Pour ce qui est de revelé quelquonque inexactitude , je ne vois pas comment nous pourrions le faire dans le sens ou même si nous aimons et suivons le groupe depuis toute ces années , tu est quand même le mieux placé pour savoir et voir aussi apres coup de qu'il peut manqué ou autre.

je trouve tout cela parfait pour ma part .

merci .
Revenir en haut Aller en bas
Bruno
 
avatar

Age : 55
Localisation : Pays Basque

MessageSujet: Re: Histoire dans les détails de KILLERS   Mer 19 Déc 2012 - 0:27

Peut-être que d'autres versions de certains passages vous ont été rapportées.
Si tel est le cas, je suis totalement ouvert à en discuter.
Pour ma part, j'ai essayé de rester objectif mais en tant que protagoniste je pose quand même la question en cas que des points vous paraissent partiaux.
Revenir en haut Aller en bas
http://killers.fr
Hardos1984

avatar

Age : 47
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: Histoire dans les détails de KILLERS   Mer 19 Déc 2012 - 0:30

me marre tout seul Bruno , car l'impatialité et moi quand il sagit de Killers ça fait souvent deux .

Le pire etant d'ailleurs que l'on ne s'en rend pas forcement toujours compte de suite ou apres coup .

j'ai lu tranquillement et cela ne donne pas l'impressio d'un point de vue partial en ce qui te concerne en tout cas .
Revenir en haut Aller en bas
Bruno
 
avatar

Age : 55
Localisation : Pays Basque

MessageSujet: Re: Histoire dans les détails de KILLERS   Mer 19 Déc 2012 - 0:58

Il peut y avoir aussi des choses à rajouter, selon vous.
Revenir en haut Aller en bas
http://killers.fr
OMNIO

avatar

Age : 38
Localisation : 742 Evergreen Terrace

MessageSujet: Re: Histoire dans les détails de KILLERS   Mer 19 Déc 2012 - 16:34

Super intéressante cette bio de KILLERS, j'ai appris beaucoup de choses

D'ailleurs, je ne vois pas trop ce qui pourrait être rajouté ...
Revenir en haut Aller en bas
volumenbrutal

avatar

Age : 52

MessageSujet: Re: Histoire dans les détails de KILLERS   Mer 19 Déc 2012 - 17:30

oui super de lire çà. Ayant connu les débuts de KILLERS, çà fait remonter les souvenirs. Mais j'ai rien à rajouter, si ce n'est que l'histoire est fort bien contée. Nickel quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Lôtre

avatar


MessageSujet: Re: Histoire dans les détails de KILLERS   Mer 19 Déc 2012 - 19:52

Comment pourrait-on avoir des choses à rajouter?
Je pensais tout connaître du groupe mais cette "petite" bio vient de m'apprendre que Killers s'était scindé en deux avant même la sortie de "Danger de vie". Ça m'avait échappé.
Pour dédicacer les albums vendus par correspondance, vous aviez fait comment Question J'imagine que ça devait être un peu tendu si vous vous êtes tous retrouvés autour d'une table... Tiens, je viens de comprendre pourquoi j'avais reçu l'album après sa sortie dans les bacs alors que j'espérais l'avoir avant tout le monde. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Bruno
 
avatar

Age : 55
Localisation : Pays Basque

MessageSujet: Re: Histoire dans les détails de KILLERS   Jeu 20 Déc 2012 - 14:34

Lôtre a écrit:
Pour dédicacer les albums vendus par correspondance, vous aviez fait comment  Question J'imagine que ça devait être un peu tendu si vous vous êtes tous retrouvés autour d'une table

Il n'y avait pas eu de dédicaces en groupe, il ne valait effectivement mieux pas ... 

Je suis content que le pavé vous ait intéressé et plu.
Je vais encore attendre un tout petit peu pour voir s'il y a des suggestions de rajout ou des demandes de correction et je le placerai sur le site.

Merci pour vos impressions  cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://killers.fr
Nikiepol



Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Histoire dans les détails de KILLERS   Jeu 20 Déc 2012 - 16:54

Très intéressante, cette bio! J'y ai appris beaucoup de choses, et, comme les autres, je ne vois pas comment je pourrai suggérer des ajouts ou modifications.

A côté de l'aspect musical, cette bio donne de l'énergie, en montrant le pouvoir de la volonté et de l'opiniâtreté. J'essaye de m'imaginer ce qu'on ressent par exemple, lorsqu'on arrive au local de répétition, pour s'apercevoir que les autres ont emporté leur matos, avec juste un petit mot d’explications. On doit avoir l'impression de se retrouver seul contre tous; le fait de surmonter cela, et finalement d'en faire un nouveau départ, et voir qu'aujourd'hui, après bien d'autres péripéties, l'idée que tu te faisais de KILLERS est toujours en vie, c'est une sorte de leçon de vie qui, comme je disais, donne de l'énergie: rien n'est jamais fini, tout est toujours possible...

Nico
Revenir en haut Aller en bas
http://www.metal-live-revenge.fr.st
JSC

avatar

Age : 39
Localisation : SEDAN

MessageSujet: Re: Histoire dans les détails de KILLERS   Jeu 20 Déc 2012 - 21:10

Superbe historique Bruno.

Merci !

Julien
Revenir en haut Aller en bas
Barn's & Champanelle



Age : 51
Localisation : APPILLY (60)

MessageSujet: Re: Histoire dans les détails de KILLERS   Sam 22 Déc 2012 - 22:55

Merci Bruno de nous faire participer encore et de nous raconter cette belle aventure de la vie de Killers et le meilleur c'est que celle ci ............................continue
Razz
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/barnskillers
Bruno
 
avatar

Age : 55
Localisation : Pays Basque

MessageSujet: Re: Histoire dans les détails de KILLERS   Lun 24 Déc 2012 - 0:26

Nikiepol a écrit:
J'essaye de m'imaginer ce qu'on ressent par exemple, lorsqu'on arrive au local de répétition, pour s'apercevoir que les autres ont emporté leur matos, avec juste un petit mot d’explications.

Ils sont venus alors que j'étais sur Bayonne.
Je les ai croisé au retour sur la route et en voyant leurs têtes, je me suis immédiatement douté du plan.
C'est pour cela que j'ai directement été voir à la salle de répétition.
On aurait eu une discussion directe et franche, les choses auraient été plus compliquées mais avec ce mot évoquant leur désir "d'arrêter le groupe", la voie s'en est trouvée finalement très vite dessinée.

Merci pour vos appréciations  cheers

Elle est maintenant un ligne sur notre site en tant que biographie
Revenir en haut Aller en bas
http://killers.fr
Hardos1984

avatar

Age : 47
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: Histoire dans les détails de KILLERS   Lun 24 Déc 2012 - 12:59

Attitude petite de leurs part a l'époque vraiment Evil or Very Mad

La surprise de mon potes "momon" a l'époque en 1987 " tu sait pas et bin killers a sorti un nouveau 33 T et ça envoi bien ils son remonté , donc ils avait pas splitté c'est des conneries" Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Broutchlag mordoré

avatar

Localisation : Guantanamo

MessageSujet: Re: Histoire dans les détails de KILLERS   Lun 24 Déc 2012 - 19:34

Excellent ...c'est très intéressant, j'y ai appris pleins de trucs qui m'intriguaient concernant la génèse du groupe ainsi que les mouvements des différents musiciens ayant joués tout du long.

Dans une certaine mesure (et si je peux me permettre), j'y vois également le parcours autobiographique musical du seul membre (et par la force des choses hi hi) qui a vu et connu l'évolution du groupe de l'intérieur (et en 1ere ligne), des débuts jusqu'à aujourd'hui ...parcours que je trouve vachement "prenant" ma foi quand on en connait que les grandes lignes ...et sans que cela me semble trop personnel.

Bref, en quelque sorte : "l'aventure intérieure de Killers" depuis sa génèse jusqu'à aujourd'hui...
Revenir en haut Aller en bas
Tablatueur

avatar

Age : 43
Localisation : Attricourt (70)

MessageSujet: Re: Histoire dans les détails de KILLERS   Sam 2 Fév 2013 - 22:51

Merci Bruno d'avoir compilé toute cette histoire.

Tu nous en avais déjà livré les grandes lignes sur la mailing list, ou ici sur ce forum, mais c'est franchement cool de le lire d'une traite...

Tablatueur
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ateliertangram.com
 
Histoire dans les détails de KILLERS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Forum KILLERS :: KILLERS :: Medias, merchandising et visuels-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: